En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies vous proposant des contenus adaptés et améliorant votre navigation. En savoir plus

L’arrêt de l’excision, un combat !

Excision 2
6 octobre 2016 excision Afrique coutume Tanzanie Mutilations sexuelles féminines

Qu'est-ce que c'est ? Pourquoi cette pratique et comment la stopper ?

Qu’est-ce que l’excision ?

L’excision, aussi appelée Mutilations sexuelles féminines (MSF) ou Mutilations génitales féminines (MGF), recouvre toutes les interventions incluant l’ablation partielle ou totale des organes sexuels externes de la femme ou autre lésion des organes sexuels féminins.

L'excision est généralement réalisée sans anesthésie, à l'aide d'un couteau ou d'un rasoir.

Femme avec couteau

Où est-ce pratiqué ?

Dans 29 pays du monde, principalement en Afrique où l’on estime le nombre de victimes à 92 millions. L’Egypte et l’Ethiopie sont les deux pays les plus touchés. Elle y est également présente au Moyen-Orient, en Asie et en Amérique Latine.

Il y a 200 millions de femmes et filles qui sont victimes de cette coutume.

L’ONU s’est fixé pour objectif de faire cesser cette pratique d’ici à 2030, dans le cadre des objectifs de développement adoptés par 193 pays.  Sur les personnes affectées, 44 millions sont âgées de 14 ans ou moins. Dans les 30 pays où les mutilations sont les plus répandues, la majorité des victimes a été excisée avant d’avoir 5 ans.

En Tanzanie, là où se trouve actuellement les Filles de la Charité, l’excision est officiellement interdite depuis 1998 et passible de 15 ans de prison. Cependant, elle continue d’être largement pratiquée dans certaines régions. Notamment dans la communauté des Masaïs.

 

Pourquoi cette pratique ?

Dans certaines communautés de Tanzanie, les femmes non excisées subissent un ostracisme social et une croyance largement répandue estime les femmes excisées plus fidèles que celles qui ne le sont pas.

Il est important de comprendre que l’excision constitue une « norme sociale » : dans la plupart des communautés, l’excision persiste en raison d’un sentiment d’obligation sociale très fort. L’excision n’est pas considérée comme dangereuse ni comme une violation des droits humains. Elle consiste en une étape nécessaire dans la bonne éducation d’une fille, une façon de la protéger. Par conséquent les familles préfèrent perpétuer la pratique pour ne pas subir jugement moraux et sanctions sociales : comme par exemple l’impossibilité pour une fille de se marier.

 

Quelles en sont les conséquences ?

Les complications liées à l'excision, qui s'accentuent au moment de la puberté, sont multiples :

Il y a des forts taux de risque d’infections, de douleurs pendant les menstruations et les rapports sexuels, des complications lors des grossesses et des accouchements mais aussi des hémorragies et infections consécutives à l’opération qui entrainent parfois la mort.

fille

 Comment stopper ça ?

 Il faut briser les préjugés car bien au contraire, l’excision ne garantit ni la virginité ni la fidélité, elle n’augmente pas non plus la fertilité et peut bien au contraire entrainer la stérilité.


Beaucoup d’associations vont parler aux exciseuses (lors de cérémonie publique) afin de leur faire comprendre que c’est une violation des droits de l’Homme et que cela constitue une violence à l’encontre des femmes et des filles.

Déjà beaucoup de femmes ont rangé leurs couteaux tout en s’engageant à ne plus pratiquer l’excision. Cependant, cette pratique était pour elles une source de revenus, il faut donc pouvoir leur donner une contrepartie (des chèvres, des formations pour apprendre un métier…).

Leur décision d’abandonner les mutilations sexuelles féminines les placent au rang d’héroïnes. Nous leur faisons comprendre que leur décision sauve des vies. De plus, nous demandons aux chefs traditionnels des gouvernements locaux d’assurer la sécurité de ces femmes au sein de leur communauté en les protégeant d’une sanction sociale.

 

Sophie Mille

Equipe des Projets Rosalie

Connectez-vous pour pouvoir commenter cette news.

Connectez-vous !