Popeka

Un père Lazariste en liste pour le Prix Nobel de la Paix

Le Père Pedro Opeka nominé depuis Madagascar
24 février 2021
Courtney Mares
FAMVIN

Un prêtre missionnaire Lazariste de Madagascar connu pour son service aux pauvres vivant sur une décharge a été nominé pour le prix Nobel de la paix cette année.

Le père Pedro Opeka, 72 ans, est un prêtre vincentien d'Argentine qui travaille avec les pauvres à Madagascar depuis plus de trois décennies. Il a fondé l'association humanitaire Akamasoa en 1989, "un mouvement de solidarité pour aider les plus pauvres des pauvres" tout en vivant dans une décharge.

Janez Janša, le Premier ministre slovène, a annoncé qu'il avait nommé le Père Opeka pour le prix Nobel de la paix 2021 pour son dévouement à "aider les personnes vivant dans des conditions de vie épouvantables".

L'association Akamasoa (qui signifie "bon ami") a fourni 4 000 maisons en briques à d'anciens sans-abri et à leurs familles et a contribué à l'éducation de 13 000 enfants et jeunes.

Le pape François a visité la "Ville de l'amitié" d'Opeka, construite sur une décharge à la périphérie de la capitale Antananarivo, lors de sa visite apostolique à Madagascar en septembre 2019.

Pedro Pablo Opeka est né à Buenos Aires, en Argentine, en 1948. Ses parents étaient des réfugiés slovènes ayant émigré après le début du régime communiste en Yougoslavie.

À l'âge de 18 ans, il entre au séminaire de la Congrégation de la Mission de Saint Vincent de Paul à San Miguel, en Argentine. Deux ans plus tard, il part en Europe pour étudier la philosophie en Slovénie et la théologie en France. Il passe ensuite deux ans comme missionnaire à Madagascar.

En 1975, il est ordonné prêtre en la basilique de Lujan en Argentine, et en 1976, il retourne à Madagascar qu’il n’a jamais quitté depuis. 

En voyant la pauvreté désespérée de la capitale Antananarivo, en particulier dans les décharges où les gens vivent dans des boîtes en carton et où les enfants rivalisent avec les porcs pour de la nourriture, il décide d’agir.

Avec de l’aide depuis l'étranger et le travail du peuple malgache, il fonde des villages, des écoles, des banques alimentaires, des petites entreprises et même un hôpital pour servir les pauvres par l'intermédiaire de l'association Akamasoa.

Depuis le début du Coronavirus, Opeka s'efforce d'aider les familles qui se s’enfonce encore plus dans cette pauvreté à cause des mesures prises contre la pandémie.

"La situation est difficile pour les familles, pour les pauvres qui ont beaucoup d'enfants. Nous n'avons pas de riz. Nous n'avons pas d'eau. Nous avons besoin d'eau et de savon"

a déclaré le père Opeka à Radio Vatican en avril 2020.

Madagascar est l'un des pays les plus pauvres du monde. P.Opeka a exprimé sa gratitude au pape François pour son appel aux pays riches à annuler la dette des pays pauvres face à la pandémie.

"C'est nécessaire si nous voulons vivre dans la dignité", a-t-il déclaré.

Ce n'est pas la première fois que le père est nominé pour le Prix Nobel de la paix. Les représentants du Parlement slovène l’avaient également présenté en 2012.

Parmi les autres nominés pour le prix Nobel de la paix cette année, on trouve le mouvement Black Lives Matter, l'Organisation mondiale de la santé, Greta Thunberg, Donald Trump, Stacey Abrams, Jared Kushner, le dissident russe Alexei Navalny et le leader de l'opposition biélorusse Sviatlana Tsikhanouskaya. Un avocat catholique qui a contribué à la fondation du mouvement pro-démocratie à Hong Kong a également été nommé :  Martin Lee Chu-ming, 82 ans, manifeste pour le suffrage universel à Hong Kong depuis près de 40 ans. 

L'année dernière, le prix Nobel de la paix avait été décerné au Programme alimentaire mondial des Nations unies. Le nom du lauréat de cette année devrait être annoncé à l'automne prochain.

Source: CBCP News