Au secours, notre école se noie !
Enfance et éducation
Au secours, notre école se noie ! : Sauver une école des inondations en Angola
Réduction fiscale

Les partenaires du projet

Autres mécènes
1 290 €
9 soutiens
1 157 €
Autres mécènes
1 290 €
2 447 €
sur un objectif de
6 137 €
9 soutiens
J - 15 temps restant
Les étapes
1780 € / 1780 €
20 m3 de béton et 100 sacs de ciment
569 € / 569 €
Chargements de déchets d'avoine, sable et gravier
98 € / 697 €
2500 briques
0 € / 1869 €
2,5 tonnes de piquets, 400 systèmes de serrage, 4 tuyaux en PVC
0 € / 1222 €
Main d'oeuvre

Un premier projet des Filles de la Charité en Angola ! 

Lobito est une ville portuaire en Angola, sur la côte atlantique du sud-ouest de l'Afrique, dans le diocèse de Benguela. Sa position stratégique a joué un rôle important dans le développement de l'Angola depuis la fin du XVe siècle, quand des explorateurs portugais y ont établi un comptoir commercial. Le sol fertile et le climat favorable de la région ont facilité l’agriculture, en particulier la culture du café et du coton.
 
D’une faible population au début du XXe siècle, Lobito est devenue une ville d’environ 480.000 habitants, 3è du pays. L’histoire récente de l’Angola est marquée par la lutte pour l'indépendance obtenue en 1975, la guerre civile et, après la paix de 2002, une période de développement et de croissance.

Les Filles de la Charité en Angola depuis 1995

Trois Filles de la Charité américaines sont d’abord arrivées en tant que volontaires pour l’ONG Catholic Relief Services à Balombo dans le diocèse de Benguela. La ville était dans un grand état de misère à cause de la guerre civile. 
En 1998, après leur départ, d’autres Filles de la Charité ont été envoyées en mission et ont créé deux communautés, dont l'une à Lobito où les sœurs exercent principalement leur service dans le quartier de Cassai. Ce quartier s'est développé sans planification urbaine, sans systèmes d'eau, ni d'égouts ni de traitement des eaux ; peu de maisons ont des latrines ou un accès à l'électricité. L'accumulation de déchets et d'ordures présente un risque sanitaire élevé.

L'école du Cœur Immaculé de Marie, une fenêtre sur l'avenir pour les enfants du quartier de Cassai

La Communauté des Filles de la Charité est fortement impliquée dans le quartier de Cassai, notamment dans l’éducation.
                                                     Groupe de professeurs et d'agents de propreté et d'entretien de l'école


« La population de Cassai vit dans une grave situation d'exclusion sociale, avec de grandes difficultés d'accès à l'éducation, à la santé, aux services sociaux et aux services publics.
L'école, bien qu'obligatoire, n'est pas considérée par les familles comme un élément indispensable au développement intégral de leurs enfants. » Sr Ana Paula

Le groupe scolaire Immaculée Cœur de Marie accueille 1.378 élèves de maternelle, primaire et secondaire par roulement le matin et l'après-midi. La plupart vivent dans le quartier et s'ils ne pouvaient pas assister aux cours, ils seraient exclus du système éducatif. 

« L'éducation qu'ils reçoivent est cruciale pour leur permettre
d'avoir l’opportunité d’un avenir meilleur. »
Sr Ana Paula

Le groupe scolaire menacé d’existence par les inondations à répétition

Lobito est située sur la côte atlantique. Pendant la saison des pluies, les inondations sont fréquentes et emportent les bâtiments. Le quartier de Cassai est particulièrement touché. La construction du mur de l'école a été affectée et plusieurs salles de classe ainsi que les parties extérieures de l’école (patio, couloirs) sont fortement inondées.

« Les cours ne peuvent pas avoir lieu. Cela impacte considérablement les progrès des élèves, d’autant plus que dans ce quartier de Cassai, les élèves font aussi la plupart de leurs devoirs à l'école. » Sr Ana Paula

Le projet : reconstruire le mur de l’école et renforcer certains bâtiments pour éviter que l'école ne s'effondre et que les enfants du quartier ne perdent leur scolarité.

« Les habitants de Cassai viennent nous aider à évacuer l'eau des salles de classe, alors qu'ils sont dans la même situation car tout le quartier est inondé ! » Sr Ana Paula

Les objectifs du projet sont de :

- évaluer l'état des matériaux afin de réutiliser ce qui peut l'être, et remplacer ce qui est endommagé

- renforcer les murs de l'école et les bâtiments dans les plus brefs délais

- canaliser les eaux de pluie de manière adéquate

- recruter des volontaires dans la communauté éducative pour renforcer l'apprentissage des élèves des classes sinistrées, dans le but de s'assurer que leurs résultats scolaires ne baissent pas.

Les bénéficiaires de ce projet de reconstruction sont les 1 378 élèves de l'école et les 76 membres du personnel, dont 58 enseignants.

Avec eux grâce à vous … pour la première fois en Angola !

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Se connecter ou s'inscrire

Les 20 derniers soutiens

Christiane
Christiane

52 €

anonymous
Anonyme

Antoine A.
Antoine A.

25 €

Antoine A.
Antoine A.

25 €

Trang
Trang

50 €

Ana elisa Neira refoyo.
Ana elisa Neira refoyo.

385 €

Antoine A.
Antoine A.

20 €

anonymous
Anonyme

anonymous
Anonyme

Véronique Cappoen.
Soeur Ana Paula Matias Armando

Je suis Sœur Ana Paula Matías Armando, Fille de la Charité de St Vincent de Paul. Je suis originaire d'Angola, j'ai 20 ans de vocation. Je suis directrice de l'école du Cœur Immaculé de Marie depuis 6 ans. J’ai été directrice adjointe administrative de 2006 à 2010, et directrice pédagogique de 2010 à 2017. J'ai également enseigné en 3ème, 4ème et 6ème année en primaire.
Nous faisons un travail social, pastoral, et de plaidoyer pour que les élèves puissent sortir de leur condition. Dans la pastorale, j’accompagne les jeunes de l'école et de la paroisse, et je suis conseillère des groupes de la JMV (Jeunesse Mariale Vincentienne). Je fais des visites à domicile. Enfin, je suis responsable des pré-postulantes et du noviciat des Filles de la Charité en Angola, et je suis assistante spirituelle de l’école du Cœur Immaculé de Marie.

Lobito
Angola