Que serais-je sans toit
Logement
Que serais-je sans toit : Aider 4 familles à garder leur logement
Réduction fiscale
740 € / 740 €
Travaux de menuiserie
690 € / 690 €
Peintures et revêtements
822 € / 825 €
Travaux d'électricité
0 € / 910 €
Ciment et sable
0 € / 585 €
Travaux de plomberie

Le contexte : un programme de modernisation à Kigali qui exclut les familles pauvres de la capitale 

Les Filles de la Charité sont arrivées en 2002 dans le district de Kicukiro (l'un de trois districts de la province de Kigali) au Rwanda pour répondre aux besoins urgents des plus pauvres.

Après avoir fait face au retour des exilés et des réfugiés, Kigali a connu d’importants flux migratoires et la population ne cesse de progresser à un niveau supérieur à celui d’avant- guerre. 

Pour tourner le dos au lourd passé du génocide au Rwanda, la capitale a voulu s’affirmer à la pointe de la modernité en décidant il y a 20 ans de miser sur le développement urbain comme facteur de reconstruction du tissu économique et social.

Cette course à l’urbanisation a dynamisé l’emploi et généré de nombreuses fortunes et cette ville métamorphosée est désormais saluée pour la sûreté et la propreté de ses rues.

Exclus de ce programme de modernisation, les familles les plus fragiles ont cependant été les premières victimes de la hausse des prix immobiliers et se sont progressivement repliées dans les périphéries à la recherche de quelques parcelles de terrain à cultiver. Les habitants mènent fréquemment des vies de nomades à la recherche de travaux occasionnels et précaires pour survivre.

Le projet : aider 4 familles à conserver leur logement

De nombreuses familles ont trouvé refuge dans des maisonnettes très simples où souvent les constructions restent inachevées : les faibles ressources dont ils disposent suffisent à peine pour se nourrir et assurer soins médicaux et scolarité de leurs enfants.

Dans le cadre du processus d’urbanisation, et sous le prétexte d’inondations et de glissements de terrain, le gouvernement impose aux familles que soient achevées construction et rénovation de leur habitat. Ceux qui ne peuvent assurer ces frais sont obligés de déménager et de voir leur propriété rasée sans espoir d’être indemnisés.

Dans son investissement auprès des personnes en difficulté, sans travail ou sans logement décent, Soeur Anne -Marie a sollicité le soutien les Projets Rosalie.

Il s'agit d'aider quatre familles particulièrement démunies à rénover leur maison afin qu’elles :

  • gardent la propriété de leur modeste résidence.
  • aient une habitation saine et décente pour apporter sécurité et stabilité à leurs enfants.
  • puissent enfin se réinsérer économiquement et socialement une fois que l’habitation n’est plus un souci.

Les familles bénéficiaires de ce projet 

La Famille NZAMUTUMA a cinq enfants. Le mari est handicapé et c’est sur sa femme que pèse la responsabilité de trouver les ressources pour faire vivre le foyer. Ils ne sont pas en mesure de rénover leur maison.

La Famille MUKANDAYISENGA est une famille avec deux enfants. Accablé par la misère, le père a délaissé le foyer. La femme reste toute seule en assumant toutes les responsabilités familiales. Leur maison a été faite à moitié et sans aucun moyen pour l’achever. Avec ce projet, nous voulons aider cette femme vivant dans l’angoisse à avoir une maison décente et lui assurer un environnement stable et serein pour ses enfants.

  

La Famille NGENDAHAYO

C’est un jeune couple marié depuis 3 ans avec 1 enfant. Les deux n’ont jamais eu un travail stable et vivent de petits emplois occasionnels. Selon la nouvelle loi sur la propriété, toute parcelle doit être bâtie. Ils avaient un petit lopin de terre et pour ne pas le perdre, ils ont dû emprunter l’argent à gauche et à droite pour pouvoir y construire rapidement une maison. L’Etat exige que toutes ces maisons soient finies en juillet. Ils vivent dans la terreur car ils ont de lourdes dettes à rembourser. Par ce projet, nous voulons les aider à rendre leur maison au moins habitable et eux-mêmes continueront les travaux intérieurs. Ainsi, une fois leur propriété sauvegardée, ils multiplieront leurs efforts pour rembourser rapidement leurs dettes.

M. RURANGWA a deux enfants. Avant de divorcer, ce papa avait commencé à construire sa maison dans les règles de la loi. Ses frais de divorce ont pesé sur ses dépenses et il ne lui reste que cette maison inachevée qui se détériore à cause de l’humidité. L’Etat exige qu’il finisse sa maison, quitte à céder sa propriété. Nous l’accompagnons dans ce moment très difficile. Par ce projet, nous voulons l’aider à recommencer la vie, à l’aider à avoir l’espoir de vivre surtout à achever sa maison et avoir un lieu digne, stable pour éduquer ses enfants.

 

 Nous comptons sur vous pour que ce projet devienne une réalité 

Nous vous remercions de tout cœur pour votre aide !

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Se connecter ou s'inscrire

L’équipe des Projets Rosalie

A Monsieur Dominique Josian, nous vous remercions beaucoup de votre générosité et votre amour que vous manifestez envers les vulnérables. Que Dieu vous bénisse et qu'il bénisse aussi les autres bienfaiteurs qui nous soutiennent à travers ce projet.
Au nom de bienfaiteurs, nous disons grand MERCI.
Sœur Anne Marie

Envoyé il y a 14 jours
Dominique Ramassamy.

Bonjour
Un grand très grand merci à toutes les bonnes volontés et particulièrement à Soeur Anne Marie, pour ce beau projet.
Que le seigneur Jésus Christ vous donne sa bénédiction et que les soutiens pleuvent sur ce projet humain.
Bien fraternellement
Dominique Josian

Envoyé il y a 14 jours

Les 20 derniers soutiens

Camille Monfils.
Camille Monfils.

120 €

anonymous
Anonyme

Simone D.
Simone D.

100 €

Herbelin
Herbelin

10 €

Hugues D.
Hugues D.

50 €

anonymous
Anonyme

Anna
Anna

100 €

Dominique Ramassamy.
Dominique Ramassamy.

52 €

Amis de Fribourg
Amis de Fribourg

80 €

Agathe
Agathe

100 €

Trang
Trang

50 €

11 soutiens
2 162 €
Autres mécènes
Soutenu par
+ 90 €
2 252 €
sur un objectif de
3 750 €
11 soutiens
J - 29 temps restant
L’équipe des Projets Rosalie
Sœur Anne Marie UZAYSENGA
Fille de la Charité de Saint Vincent de Paul

Je suis une Fille de la Charité de Saint Vincent de Paul depuis 2016 de la Province d'Afrique Centrale. Après l'étape de formation au Séminaire, j’ai été envoyée en 2018 en mission dans Maison Provinciale de Kicukiro (Kigali –Rwanda), où je suis toujours.
Actuellement, je suis chargée du service social qui comprend : la promotion et l'accompagnement des familles pauvres; des élèves dans leur scolarité, des jeunes en chômage, des mères célibataires, des cas sociaux ( drogués, malades mentaux, ceux qui ont les maladies chroniques…) et des visites à domicile.

Kigali
Rwanda

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies vous proposant des contenus adaptés et améliorant votre navigation. En savoir plus / paramétrer les cookies