Couverturewdi

Deviens qui tu es - We Did It !

La promotion par la formation
12 juin 2020
Sister Sylvie Toison
We did it

Ce beau projet Camerounais a vu le jour grâce à vous ! Sœur Sylvie nous explique les étapes réalisées pour y parvenir.

De Juillet à Septembre 2019 : Les réunions préparatoires

Ces réunions avec tous les jeunes avaient pour objectif de réfléchir avec eux sur leur avenir. Ce furent des réunions de partage, d’écoute qui se sont déroulées en 5 rencontres, une tous les 15 jours. Chaque jeune a pu exprimer ses difficultés, ses limites, ses attentes et la façon dont il voulait s’en sortir pour un avenir meilleur. Nous les avons aidés à découvrir leurs propres valeurs souvent enfouies en eux-mêmes, les dons qu’ils possédaient. Ils ont pu exprimer leurs souhaits, leurs rêves, le métier qu’ils aimeraient exercer pour bâtir leur avenir sur de bonnes bases. Ces réunions me semblaient importantes pour une bonne orientation.

D’Octobre à Décembre 2019 : 3 mois de Stage d’apprentissage

Chaque jeune, selon l’orientation qu’il avait choisie, était accueilli chez une formatrice ou un formateur. C’était le cas pour 12 jeunes futures couturières, 1 futur tailleur, 1 électricien et 2 maçons. 2 jeunes ont été aidés pour créer leur petit commerce. Ils ont été suivis et conseillés durant 3 mois.

De Janvier à avril  2020 : 3 mois de Stage de perfectionnement suivis d'1 mois de Stage de Spécialisation

Ces jeunes ont poursuivi leur formation après une évaluation favorable des formateurs

Au terme de ces stages,  tous les jeunes apprenants ont passé un test d’évaluation qui consistait à réaliser un travail dans leur discipline: le haut d’un ensemble pour les couturières, une chemise pour le tailleur, un travail de rénovation de l’église pour le maçon, une formation en  livres de compte pour les commerçants.

Mai 2020 : Réception des fonds des Projets Rosalie et Achat des caisses à outils et machines à coudre.

Selon les résultats des travaux, les candidats recevaient une caisse à outils pour les uns, une machine à coudre pour les autres afin de démarrer leur parcours professionnel avec un outil de base. Les commerçants ont reçu une petite gratification d’une valeur de 50 € pour les encourager.

À partir du mois d’Octobre 2020 : Cours d’alphabétisation ou de perfectionnement

Pour 10 jeunes en difficultés scolaires qui ne maitrisaient ni l’écriture, ni la lecture, des cours d’alphabétisation ou de perfectionnement avaient été mis en œuvre au début du projet. Ces cours se poursuivront durant plusieurs mois encore.

Il est prévu de proposer aux bénéficiaires d’apprendre un peu de gestion, de facturation et comment rédiger un devis.

Sœur Sylvie complète :

Nous avons eu quelques petites déceptions. Au début, un formateur profitait d’un jeune, lui faisant faire des travaux domestiques. Lorsque nous nous en sommes aperçues, nous lui avons trouvé un autre formateur. Il s’agit du jeune tailleur qui a reçu la meilleure note lors de l’évaluation finale.

Un jeune en formation d’électricité s’est découragé et a abandonné sa formation ainsi que le second jeune maçon.

Nous avons aussi rencontré des difficultés pour acquérir les machines à coudre. À cause du Coronavirus, l’approvisionnement en matériel et machines s’est beaucoup ralenti. Avec l'interruption des importations, les prix ont augmenté.

La grande majorité des  jeunes ont été très motivés et se sont donnés de tout cœur à leur formation. Leur joie se lit sur les photos.

Les bénéficiaires 

Les jeunes sont d'abord les premiers bénéficiaires du projet.

- 12 jeunes filles couturières

- 1 jeune homme tailleur

- 1 jeune homme maçon

- 2 jeunes hommes commerçants

- 2 jeunes scolarisés : 1 en BEPC et 1 en probatoire (1ère, Bac blanc)

Trois d’entre eux sont maintenant fiancés et désirent fonder un foyer.

Tous peuvent maintenant soutenir financièrement leurs familles qui représentent en moyenne 7 à 8 personnes.

Enfin, les quartiers de Moutourwa d’où proviennent les jeunes : Roum, Bongolori, Sodecoton et Badjava vont pouvoir profiter de ce dynamisme entrepreneurial.

3 bénéficiaires témoignent :

« Cette machine est un très grand cadeau pour moi. Elle va me permettre de travailler et de gagner de l’argent pour permettre à ma famille de laver nos vêtements et de nous laver, d’avoir les moyens de résoudre nos difficultés. Maintenant, je peux coudre mes vêtements moi-même et je n’ai pas besoin d’aller les acheter, et je peux laisser ma créativité parler et ainsi créer de beaux modèles à vendre. Dès que j’aurai assez de moyens, grâce à elle je pourrai financer les études de mes frères et sœurs. J’ai appris ces derniers mois comment gérer mon argent et ainsi faire des économies, ce qui m’aide à sortir de la misère dans laquelle nous étions depuis longtemps. Cette machine à coudre m’a tellement apporté que je ne pourrais tout énumérer. Un immense merci pour votre générosité. »

Jacques Likamata, Tailleur« Chers donateurs, chers encadrants, c’est une grande joie pour moi de vous dire comme je suis contente et reconnaissante de ces 7 mois de formation. J’ai pu apprendre de nombreuses techniques de couture, la manière d’utiliser une machine à coudre et de coudre des vêtements. Je voulais vous remercier et vous dire que c’est une grande chance que vous me donnez pour reprendre ma vie en mains. Nous, les filles de Moutourwa vous remerçions, que Dieu vous bénisse dans toutes vos activités. »

« Mes sincères remerciements de m’avoir offert ce don si précieux auquel je ne m’attendais pas. J’aimerais que vous sachiez que je suis vraiment reconnaissant . Je ferai bon usage de ce don de matériel et le maintiendrai dans de bonnes conditions. Que le bon Dieu vous bénisse, vous protège, longue vie, santé bonheur. »

Assanor Minkor, Maçon

Nous pouvons aussi prendre le cas concret du jeune maçon qui restaure actuellement l’église et qui a un impact sur toute la communauté chrétienne. Les pierres du mur formant le cœur de l’édifice menaçaient de tomber avant qu'il ne le répare. Il a lui-même une famille de 6 enfants. Il est fier de pouvoir subvenir à leurs besoins.Ces jeunes peuvent et veulent désormais se prendre en main. Sur le plan humain, ils ont beaucoup évolué.  Jeunes désœuvrés il y a quelques mois, ils sont maintenant plein d’espoir pour l’avenir ; ils ont appris à vivre en communauté, à s’entre-aider; ils sont fiers de ce qu’ils réalisent de leurs mains, ils ont appris un métier.

Lorsqu’ils ont reçu leur machine à coudre ou leur caisse à outils, leur joie était belle à voir. Ils ont trouvé leur place dans la société et ils peuvent désormais prétendre construire une famille.

Ils se réalisent et se prennent en main. Ils sont devenus maître de leur vie à travers un métier qu’ils ont choisi et qu’ils aiment. Ils sont devenus acteur de leur promotion et ils en sont fiers.

Dix d’entre eux ne savaient ni lire, ni écrire ! Quel plaisir de découvrir leur joie et leur fierté de savoir déchiffrer et comprendre un texte, de savoir écrire, de pouvoir commencer à communiquer par écrit.

Le développement (et la promotion) disait Paul VI, passe par l’éducation. Nous le vérifions une fois de plus ! 

Merci à tous de leur avoir donné l’occasion de se réaliser.

Tous en sont très reconnaissants et en rendent grâce à Dieu. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies vous proposant des contenus adaptés et améliorant votre navigation. En savoir plus / paramétrer les cookies