En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies vous proposant des contenus adaptés et améliorant votre navigation. En savoir plus

Fête de la bienheureuse Giuseppina Nicoli

Nicoli
3 février 2017 Projets Rosalie Filles de la charité Bienheureuse Nicoli

Biographie de la Bienheureuse Giuseppina Nicoli

Née le 18 novembre 1863 en Italie d’un père juge et d’une mère fille d’avocat. Giuseppina était aimée de toute sa famille pour sa douceur naturelle.

Le 1er Janvier 1885, elle arriva à Cagliari dans le but de poursuivre des études. En quelques mois, elle avait décidé de quitter sa famille pour entrer chez les Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul. Le Christ l’avait saisie d’une manière fulgurante.

Elle continua ses études dans le but d’acquérir un diplôme d’institutrice afin de consacrer sa vie à l’éducation des enfants, surtout des pauvres envers lesquels elle ressentait un attrait spontané. Elle fut désignée en Sardaigne pour faire classe aux jeunes filles de l’Institut de la Providence.

Malgré une santé fragile, elle ne s’épargna pas et à 30 ans, elle fut atteinte de tuberculose pulmonaire dont elle souffrit jusqu’à sa mort.

En 1899, elle fut nommée Supérieur de l’Orphelinat de Sassari qui lui permit de redonner un élan à l’Association des Enfants de Marie ; elle réunit les dames de la Charité et les conseilla dans le Service des Pauvres ; elle encouragea les cours de catéchisme et elle rétablit l’Ecole de Religion pour les jeunes universitaires.

En 1910, Sœur Giuseppina, nommée Econome provinciale, quitta Sassari pour Turin ; dix-huit mois plus tard, elle fut choisie comme Directrice du Séminaire des Filles de la Charité. Le 7 août 1914, la Providence ramena Sœur Giuseppina en Sardaigne et la conduisit à « ’Ecole Maternelle de la Marine » de Cagliari.

Parce que les enfants étaient pauvres, ils n’avaient pas accès aux études et l’absence d’éducation favorisait en eux des comportements déviants. Sœur Giuseppina découvrit les blessures encore plus profondes de la pauvreté morale et spirituelle. Elle s’occupa du maximum de jeunes qu’elle pouvait, elle les réunissait pour des moments de joie et de détente et leur fit donner des leçons de lecture et d’écriture. Mais par-dessus tout, la renommée de Sœur Giuseppina est liée aux « gamins au panier » qui gagnaient leur vie en portant, depuis la gare ou le port, les bagages de ceux qui s’arrêtaient en ville, ou encore en transportant dans leur panier les achats que les dames faisaient au marché.

En 1924, la dernière année de sa vie, elle et la communauté de la Marine furent publiquement calomniées. Sœur Giuseppina l’accepta en silence jusqu’à ce que le Président de l’Administration reconnaisse son erreur. Sur son lit de mort, Sœur Guiseppina lui accorda son pardon avec un large sourire. Elle mourut le 31 décembre 1924.

Elle fut béatifiée le 3 février 2008 à Cagliari, ville qui a vu resplendir sa charité. Le miracle reconnu pour sa béatification fut la guérison subite d’une tumeur osseuse avec tuméfaction lombaire chez un jeune militaire de Milan.

 

La Charité a été la règle de toute sa vie : dans un profond cheminement d’humilité, elle a vécu au quotidien cette affirmation de notre Fondateur : « Vous servez Jésus-Christ en la personne des pauvres : « oh ! mes filles, que cela est vrai ! » St Vincent de Paul.

Giuseppina

Source : Nouvelle évangélisation

Sophie Mille

Equipe des Projets Rosalie

Connectez-vous pour pouvoir commenter cette news.

Connectez-vous !