En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies vous proposant des contenus adaptés et améliorant votre navigation. En savoir plus

L’eau, l’or bleu pour beaucoup !

Eau sale
28 mars 2017 Eau Madagascar eau insalubre Arfrique Subsaharienne assainiseement développement durable

2 000 enfants de moins de cinq ans meurent tous les jours

L’eau insalubre et le manque d’installations sanitaires et d’hygiène tuent de nombreux enfants chaque jour, rappelle l’UNICEF.
2 000 enfants de moins de cinq ans meurent tous les jours de maladies diarrhéiques : 1 800 de ces décès sont liés à l’eau et à l’hygiène. Les pauvres sont les premières victimes (un enfant né en Europe ou aux USA à 520 fois moins de risques de mourir).

Environ la moitié des décès se produisent dans seulement 6 pays : l’Inde, le Nigéria, la République Démocratique du Congo, Madagascar, le Pakistan et la Chine. Ces pays comptent également un nombre élevé d’habitants n’ayant pas accès à des sources d’eau et installations sanitaires améliorées. L’amélioration de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement dans ces pays contribuerait pour beaucoup à la réduction de la mortalité des enfants.

enfant et eau insalubre

En Afrique subsaharienne, la population ayant quasiment doublée ces 25 dernières années, l’accès à l’assainissement y a progressé que de 6% et l’accès à l’eau de 20%. Ce qui laisse des millions de personnes sans eau potable. Néanmoins, aucun pays d’Afrique n’a alloué plus de 0.5% de son PIB au secteur de l’eau et de l’hygiène (WASH).  De plus, la plus grande partie de l’aide financière de l’aide publique au développement va à des pays dont la situation est plutôt correcte.

Madagascar compte parmi ceux où l’accès à l’eau est le plus difficile pour la population. 12 millions de personnes n’ont pas accès à de l’eau potable. Dans les pays comme Madagascar, des femmes et filles parcourent en moyenne 6 km/jour pour apporter de l’eau.

porter eau
 
L’eau est utilisée pour la consommation mais aussi pour l’agriculture. Si rien n’est fait pour améliorer la gestion de cette ressource, le monde devra faire un déficit de 40% d’ici à 2030. Le développement durable de nombreux pays en manque d’eau dépend d’une meilleure gestion. La surexploitation des réserves souterraines risque d’engendrer des conflits dans le futur. Un meilleur partage est indispensable que ce soit entre pays, régions mais aussi entre types d’activités.

Vous pouvez soutenir notre projet de construction de puits à Madagascar jusqu'au 10 avril 2017, en cliquant ici : https://www.projets-rosalie.com/fr/projects/cap-sur-madagascar

 

Sophie Mille

Equipe des Projets Rosalie

Sources :

- UNICEF

- Rapport 2015 du Programme mondial d’évaluation des ressources en eau, hébergé par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), au nom de l’ONU-Eau.

- Rapport de l’ONG WaterAid du 22.03.2017

- RFI Afrique

Connectez-vous pour pouvoir commenter cette news.

Connectez-vous !