Du côté de chez soi
Logement
Du côté de chez soi : Se reloger après un incendie à Madagascar
Réduction fiscale
185 € / 185 €
Toits de chaume ( matériel, feuilles séchées,…)
1156 € / 1156 €
Bois pour pilotis et murs
93 € / 93 €
Petit outillage
654 € / 654 €
Main d'oeuvre
209 € / 209 €
Equipement ménager ( Lits, matelas, couvertures, cuvettes )

Contexte : Malgré d’abondantes ressources naturelles et des paysages d’une grande beauté se cache une dure réalité à Madagascar

Madagascar connaît l’un des taux de pauvreté les plus élevés au monde : plus de 75 % de la population vit avec l’équivalent de moins de 1,90 dollar par jour.

Située à 750km de la capitale Antananarivo, la ville de Farafangana (50 000 habitants) est le chef-lieu de la région Atsimo-Atsinanana. Cette région enclavée comptant 1 million d’habitants est elle-même l’une des plus pauvres de l’Ile.

Les habitants y sont peu formés : plus de la moitié de population active est sans instruction et à peine 1 élèves sur 100 suit sa scolarité jusqu'au lycée. 43% des enfants de 5 à 17 ans travaillent et presque exclusivement dans le domaine agricole.

L'absence de routes entrave particulièrement le développement économique de la région, laquelle est de surcroît régulièrement exposée à des cyclones qui endommagent les cultures et les habitations, l’ile subissant en moyenne trois cyclones par an.

 « Allez voir à l’œil » disait Saint Vincent.

N’hésitant pas à sillonner en voiture de jusqu’à parfois 5h de route  par jour jusqu’aux endroits les plus reculés, les Filles de la Charité (appelées régulièrement "les sœurs 4x4") assurent de nombreuses visites à domicile pour mieux répondre aux besoins fondamentaux des personnes seules, ou des familles en grande difficulté.

Le projet : reloger des familles de pêcheurs victimes d'un incendie

"Actuellement, nous subissons les conséquences du réchauffement climatique ; nous sommes dans la crise de la sècheresse. Dans certains endroits, on a du mal à trouver de l’eau à boire. Tout est sec, la population ne peut pas planter. Et les feux se multiplient." Sr Marie-Clarisse

Alors que 85% des maisons sont construites entièrement en matière végétale (ce qui les rend vulnérables), un incendie a ravagé un village de pêcheurs en novembre 2020 laissant plusieurs familles sans toit pour s’abriter, certaines se retrouvant acculées à vivre au pied des arbres.

« Attisés par le vent, les flammes ont détruit 80 cases. Ces familles n’ont plus rien: ni maison ni matériel pour pêcher.»

Certaines familles ont perdu des proches, ou ont des enfants qui ont étés brûlés pendant la catastrophe.

L'urgence du projet est la reconstruction de cases pour redonner un cadre de vie stable aux bénéficiaires. Ce projet porté par Sr Marie-Clarisse et Sr Francine (responsable du centre social) permettra à ces victimes, souvent des femmes seules, d’être à l’abri des intempéries et de continuer leur activité.

Les bénéficiaires : 6 familles particulièrement démunies qui fréquentent notre centre social

 

Le projet s'adresse à 6 familles, qui sont d'autant plus dans le besoin que bientôt arrivera la saison des pluies.

  1. Madame Raharimalala Tiana 46 ans, sans mari et sans travail, élève seule ses 3 enfants
  2. Endrin’i Tafita, 40 ans, sans mari qui élève seule ses 4 enfants dont l’aînée est en traitement d’une maladie mentale. Pour faire vivre sa famille, elle transporte de l’eau. 
  3. Mahatahiry 15 ans, orphelin, s'occupe seul ses trois frères et sœurs en tirant une charrette comme travail journalier.
  4. Brunette, 50 ans, sans mari et sans travail, élève ses 5 enfants. Elle cherche à faire des lessives pour subvenir à leurs besoins.
  5. Madame Lydie 35 ans : après la séparation avec son concubin, elle élève seule ses 2 enfants mais elle en a perdu 2 autres, décédés en bas âge à cause de la faim. Le 15 mai dernier, elle a accouché d'un petit garçon. Comme elle n’a pas un chez elle, un homme dérangé mental l’accueillie chez lui, elle et ses 2 enfants. Elle cherche un travail journalier.
  6. La Maman de Vinasoa 32 ans, mère de 4 enfants. Elle transporte de l’eau pour des familles aisées pour faire vivre ses enfants. Sa fille de 9 ans, épileptique, doit prendre un médicament chaque jour, ce quelle ne peut pas toujours faire, par manque de moyen. Un jour est arrivé où elle  a fait une crise et est tombée dans le feu. Souffrant d'une brûlure à la jambe de troisième degré, elle vient d'être opérée après 4 mois de soins. En aprtenariat avec  une autre association, nous prenons les frais  à notre charge car sinon cette fille restera handicapée jusqu’à la fin de sa vie car la famille n'a aucune ressource financière.

Ils vivent dans des tentes de fortune en attendant la construction de leur logement.

"Une fois ces cases construites, nous nous assurerons que chaque maison soit bien entretenue et que les familles fassent très attention pour éviter un prochain incendie" Sr Marie Clarisse

Grâce à votre soutien, nous pourrons apporter de l’espérance à ces victimes

Merci pour ce que vous faites pour eux

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Se connecter ou s'inscrire

L'équipe des Projets Rosalie

Chers donateurs,
En consultant le site Projet Rosalie, je suis émue de constater combien vous vous êtes touchés par notre projet intitulé « Du côté de chez soi ». Il s’agit d’un projet de construction des cases pour les familles démunies comme vous le savez déjà. En ce moment, nous sommes dans la période la plus froide chez nous. Aussi, merci infiniment de votre participation active à ce projet. Nous nous réjouissons de voir combien avec le monde numérique la charité et la générosité peuvent être au service des plus fragiles. Vous ne pouvez imaginer le bonheur des familles bénéficiaires de ce projet de pouvoir se blottir enfin chez elles.
Nous souhaitons que d’autres personnes soient aussi touchées par ce projet pour que les plus démunis et leurs enfants jouissent de leur droit d’avoir une maison. « La charité est inventive jusqu’à l’infini » dit saint Vincent de Paul, notre Fondateur.
Chères donateurs, soyez assurés de notre prière reconnaissante à vos intentions.

Sœur Marie Clarisse
Fille de la Charité

Envoyé il y a 3 mois
L'équipe des Projets Rosalie

Merci à tous nos donateurs qui s'intéressent à notre projet. C'est très important en ce moment où il fait froid et il pleut chez nous. Que le Seigneur de la charité vous comble du centuple.
Soeur Marie Clarisse

Envoyé il y a 3 mois

Les 20 derniers soutiens

anonymous
Anonyme

anonymous
Anonyme

Mariela A.
Mariela A.

50 €

anonymous
Anonyme

Sylv.
Sylv.

50 €

Agathe
Agathe

110 €

Ginette
Ginette

50 €

Antoine A.
Antoine A.

20 €

anonymous
Anonyme

Trang
Trang

50 €

anonymous
Anonyme

Simone D.
Simone D.

100 €

anonymous
Anonyme

Amis FC.
Amis FC.

50 €

Anna
Anna

100 €

Dominique Ramassamy.
Dominique Ramassamy.

32 €

anonymous
Anonyme

Dominique Ramassamy.
Dominique Ramassamy.

52 €

18 soutiens
2 077 €
Autres mécènes
Soutenu par
+ 220 €
2 297 €
sur un objectif de
2 297 €
18 soutiens
Terminé temps restant
L'équipe des Projets Rosalie
Sœur Marie Clarisse

Je suis entrée dans la Compagnie des Filles de la Charité en 1982. Depuis 2018, je suis en mission à Farafangana comme responsable d’une Communauté de 10 Sœurs. Ensemble, nous essayons de répondre aux besoins des pauvres autour de nous.
Notre Communauté possède un centre d’accueil social, ouvert tous les matins pour recevoir les personnes démunies ayant besoin de notre aide : les femmes en détresse, les enfants pauvres, les malnutris et les familles défavorisées, les personnes handicapées et les malades mentaux

Farangana
Madagascar