L'eau des plaines
Agriculture et aide alimentaire
L'eau des plaines : Projet d'agriculture contre la famine à Madagascar
Réduction fiscale
1820 € / 1820 €
Matières premières pour construction du bassin
672 € / 672 €
Mains d'oeuvre pour construction du bassin
224 € / 224 €
Petits accessoires agricoles (tuyaux d'arrosage etc)
2546 € / 2546 €
Matières premières pour construction de la ferme
112 € / 112 €
Transport des matériaux

Contexte : Famine et sécheresse au sud de Madagascar

Tsihombe est un district de la Région Androy au sud de Madagascar.

Les Filles de la Charité y ont fondé une communauté en 1965 (7 sœurs à ce jour) et gèrent un dispensaire, un établissement scolaire et un centre social au service de la population dans un pays où l’état peine à assurer l’éducation, la santé et la sécurité alimentaire des habitants.

3 années consécutives de sécheresse accablent actuellement cette région de l’Androy et la situation devient très préoccupante pour 1,35 million de personnes menacées de famine et malnutrition. 

« La région est sèche et désertique, aucune rivière ni source d’eau n’existe, seuls certains endroits ont des nappes sous terraines mais elles sont en général salées ou trop sales pour être exploitées, il n’y a pas de forêt ni de montagne : tout est plat et sec.

Du fait du réchauffement climatique, le phénomène météorologique « El Niño » affecte particulièrement la région et empire la sècheresse d’année en année. »

Sœur Josiane Marie Louisette

Cette situation est d’autant plus tragique que le pays souffre déjà d’un fort retard de développement avec ses corolaires : pauvreté et faible niveau d’alphabétisme de la population.

Le contexte de pandémie mondiale et la limitation des déplacements a accentué cette crise alimentaire, alors que les emplois saisonniers permettaient aux familles de survivre une fois les réserves épuisées pendant la période de "soudure" entre janvier et avril.

« Leur moyen de subsistance est l’élevage et quelques plantations qui supportent la sécheresse. Malheureusement, le manque d’eau limite énormément la possibilité de cultiver maïs et manioc comme les populations en ont la coutume. »

Sœur Josiane Marie Louisette

Dans les villages les plus excentrés, les villageois sont parfois contraints de manger les semences au lieu de les planter, ou les fruits des cactus dont les apports nutritionnels sont très faibles.

Victimes de la famine, hommes et femmes cherchent désespérément de quoi manger et de nombreux enfants abandonnent l'école pour mendier.

Construction d’un bassin d’eau et d’une ferme : un projet d’autonomie alimentaire adapté et pérenne

Pour améliorer les conditions de vie des familles dans les villages de la région, les Filles de la Charité veulent développer de petits jardins potagers et construire une ferme pour élever des volailles et ranger le matériel nécessaire.

Afin d’assurer la culture du jardin potager et de l’élevage, un bassin devra aussi être construit pour stocker de l’eau douce (un camion-citerne passe régulièrement alimenter les besoins des villages)  

Le projet commencera sur les terres de la communauté.

Les Filles de la Charité utiliseront une partie des ressources pour l’alimentation de la cantine sociale qu’elles gèrent et l’autre partie sera revendue pour pérenniser le projet.

Trois jeunes seront embauchés pour participer au travail quotidien et seront formés par des bénévoles et sous la responsabilité de Sœur Josiane Marie Louisette la porteuse du projet. Ils subsisteront ainsi à leurs besoins et à ceux de leur famille en plus de participer à l’amélioration des conditions de vie de la population. 

En voyant l’efficacité de ce projet nous espérons motiver d’autres jeunes à évoluer dans ce sens afin que les initiatives dans la région se multiplie. Les 3 jeunes à l’origine du projet deviendront formateurs pour les autres jeunes intéressés par le projet : nous comptons sur ce cercle vertueux.

La récolte reviendra aux 2/3 aux jeunes ayant travaillé sur le projet pour leurs besoins quotidiens et afin de pouvoir les revendre. 1/3 reviendra aux Filles de la Charité qui s’assureront de créer une « caisse commune » et ainsi de garder des semences pour la saison suivante. Chaque lieu aura une semence différente pour assurer une diversité des légumes et légumineuses et afin que leurs permettre de revendre leur production d’un village à l’autre. 

Les bénéficiaires

Les 3 jeunes hommes employés par la communauté pour lancer le projet subsisteront aux besoins de leur famille et participeront à l’amélioration des conditions de vie du village.

Les sœurs utiliseront aussi une partie des ressources pour assurer la distribution de repas de la cantine qu’elles ont créé au sein du village.

Enfin, tous les jeunes de la région auront l’occasion de dupliquer ce beau projet avec l’aide des sœurs à l’avenir.

Les famines à répétition à Madagascar ont un impact catastrophique.

En plus d’une aide alimentaire quotidienne les Filles de la Charité veulent pérenniser ce projet afin de responsabiliser les populations et leur donner l’opportunité de s’en sortir par leur propre travail.

Avec votre aide, leur vie peut changer : nous comptons sur vous

MERCI pour votre générosité !!

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Se connecter ou s'inscrire

L'équipe des Projets Rosalie

Merci à toute l'équipe des Projet Rosalie et merci beaucoup aux donateurs qui nous ont soutenu avec dévouement même en ces temps de Covid-19.
Merci infiniment au nom de toute la Communauté et au nom des jeunes bénéficiaires
Cordialement,
Soeur Josiane

Envoyé il y a 22 jours
Amis de Fribourg

Bonjour, chère Sœur Josiane,
C'est avec joie que je découvre ce nouveau projet, après ceux réalisés avec ALAIN, il y a quelques années! Ces efforts réalisés avec la participation des habitants de cette région si aride apporteront aussi une meilleure qualité de vie. Bravo pour cette nouvelle initiative et que la Providence bénisse tous ceux qui s'engagent pour que "notre maison commune" soit plus hospitalière et puisse se régénérer... (cf Laudato Si)
Fdlc et Amis de Fribourg

Envoyé il y a 3 mois
Dominique Ramassamy.

Bonjour
Merci à Soeur Josianne , pour la mise en place de ce projet ainsi que toutes les bonnes volontés qui œuvrent à ses côtés .
Madagascar est très près de l il le de la Réunion ou je réside, c est un pays magnifique et un peuple souriant. Pour ceux qui liront ce commentaire, n hésitez pas aider ce projet et ce pays.
Que le Seigneur visite ce pays et abonde de ses graces ce grand pays qu est Madagascar et que la Vierge Marie soit toujours aux côtés de frères et sœurs malgaches.
Bonne continuation à toute la communauté qui porte ce projet.
Bien Fraternellement
Dominique Josian
Le Tampon, île de la Réunion.

Envoyé il y a 3 mois

Les 20 derniers soutiens

anonymous
Anonyme

anonymous
Anonyme

Antoine A.
Antoine A.

15 €

Francine Gahetau.
Francine Gahetau.

15 €

Mariela A.
Mariela A.

50 €

anonymous
Anonyme

anonymous
Anonyme

anonymous
Anonyme

anonymous
Anonyme

Beatrice  Lurton vettori.
Beatrice Lurton vettori.

300 €

Antoine A.
Antoine A.

15 €

Antoine A.
Antoine A.

20 €

Anna
Anna

50 €

anonymous
Anonyme

anonymous
Anonyme

anonymous
Anonyme

Jean-yves Vincent.
Jean-yves Vincent.

50 €

Simone D.
Simone D.

100 €

anonymous
Anonyme

Pascale Puggioni.
Pascale Puggioni.

50 €

41 soutiens
4 934 €
Autres mécènes
Soutenu par
+ 440 €
5 374 €
sur un objectif de
5 374 €
41 soutiens
Terminé temps restant
Sœur Josiane Marie Louisette MANJAKARAY

Je suis Fille de la Charité, responsable du centre social, de la maison NOTRE DAME DU ROSAIRE et du développement rural dans le district de TSIHOMBE. Nous nous occupons directement des pauvres en plus des jeunes Catholiques dans le mouvement d’Eglise comme le FTMTK = Mouvement des Jeunes Rural Catholique Malagasy

Tsihombe
Madagascar