Couverture

Labourer la terre de demain - We Did It !

10 boeufs pour changer la vie de 5 familles
28 mai 2020
Sister Toyin Abegunde
We did it

Sr Toyin porteuse du projet nous raconte

Grâce au succès de la collecte auprès des donateurs, nous avons pu initier le projet "Labourer la terre de demain"

Il a débuté  par la formation à la culture attelée : il s’agissait de familiariser les bénéficiaires à l’usage de la charrue afin de faciliter le labour de leur champ, cet outillage étant nouveau pour eux (ils utilisaient jusqu’ici la daba). Les services locaux nous ont soutenus à travers des ateliers  de sensibilisation, et les transports dans les villages ont été assurés par la communauté.

Nous sommes ensuite allées à la rencontre des propriétaires de bétails afin de négocier avec eux le prix des bœufs. C’est ainsi que 5 paires bœufs (10) et 5 charrues ont pu être achetées au profit des bénéficiaires.

Nous avons par la suite procédé à l’information et la sensibilisation des bénéficiaires et de leur communauté sur le sérieux  de mise en œuvre  et le suivi de ce projet ainsi que  sur leur implication dans la gestion des bœufs. Cette étape nous était essentielle  car le projet nétait pas seulement  au bénéfice direct des familles identifiées et sélectionnées, mais  également  à d’autres personnes de la même communauté dans un second temps. 

Sitôt les achats effectués, les bêtes  et charrues ont été mis à disposition des agriculteurs  dans les villages concernés. Maintenant, les familles peuvent exploiter leurs champs d’une manière plus efficace avec des conditions de labour bien moins erreintantes. Des conseils leur ont été prodigués pour le bon suivi sanitaire des bœufs afin d’optimiser les bénéfices de leur usage et leur rendement.

Découvrez l’histoire de Lucien Diarra âgé de 55 ans vivant à Nouna et bénéficiaire du projet.

Lucien est un père de famille démuni qui a beaucoup de mal à nourrir sa famille et à répondre à leurs besoins même s'il  bénéficie parfois des actions de charité de l’OCADES (à travers le Département Solidarité Humain) et des Filles de la Charité de St Vincent de Paul. Aujourd’hui, Lucien est un père heureux, grâce à ce beau projet. Il peut désormais  augmenter sa production de maïs et dégager un excédent que sa femme va vendre sur le marché public du village. Ces revenus les aidentenfin à subvenir à la scolarité de leur fille et leurs soins de santé. Lucien ne cesse de remercier les Filles de la Charité et les donateurs pour leur générosité qui a changé sa vie et celle de sa famille. Il a promis de partager ses bœufs avec sa communauté.

Ce projet a eu trois impacts dans la vie des bénéficiaires :

Social : les bœufs profitent aux bénéficiaires mais aussi à d’autres familles dans le besoin. Cela a permis de créer un lien de solidarité, de fraternité et d’intégration entre les membres de la communauté

Économique : grâce à l’amélioration des conditions de culture, les bénéficiaires peuvent  vendre les excédents de récoltes et ainsi récolter quelques ressources suffisantes pour subvenir à leurs besoins non alimentaires

Psychologique : les bénéficiaires qui auparavant se sous-estimaient du fait de leur incapacité à contribuer à la vie communautaire, ont retrouvé confiance en eux grâce à ce changement de vie. Ils ont, pour ainsi dire, retrouvé leur dignité. 

5 familles bénéficient aujourd’hui directement du projet et environ 200 personnes vont  en bénéficier indirectement

Un immense merci à vous tous, généreux donateurs qui avez changé la vie de ces familles et resserré les liens de cette communauté de Nouna au Burkina Faso

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies vous proposant des contenus adaptés et améliorant votre navigation. En savoir plus / paramétrer les cookies