En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies vous proposant des contenus adaptés et améliorant votre navigation. En savoir plus

Le maraîchage sur les hautes terres malgaches

Vegetables 3198801 1920
20 mars 2018 Article Afrique Madagascar Maraîchage Culture agriculture

Le développement du maraîchage sur l’île

Le développement du maraîchage sur l’île

Les champs en terrasse recouvrent les pentes des coteaux environnants. Aux rizières que l’on peut admirer à perte de vue (c’est la première production du pays et l’élément de base du repas malgache) est venu s’ajouter la culture de fruits et de légumes. Cette nouvelle manière de cultiver vient redessiner le paysage agricole de l’île Rouge ainsi que la manière de consommer des habitants.

La culture maraîchère se développe considérablement sur toute l’île et permet aux paysans d’augmenter à la fois leur revenu (tout en diversifiant leurs productions) mais également le nombre d’employé nécessaires que ce soit pour semer ou récolter.
C’est aussi une manière de réduire les intermédiaires en passant par des circuits courts de distribution ; du producteur à l’assiette !

Les circuits courts, kézako?

Les circuits courts sont des circuits de distribution dans lesquels interviennent au maximum un intermédiaire entre le producteur et le consommateur. La vente directe du producteur au consommateur peut se trouver sous la forme de : vente à la ferme, vente en collectivité ou encore vente sur le marché. Lorsqu'un intermediaire vient s'ajouter au circuit, il s'agt souvent d'un restaurateur.

Cette méthode de vente permet aux agriculteurs de renforcer le lien avec les consommateurs, d'utiliser un mode de distribution plus respectueux de l’environnement, d'avoir la main sur le prix. Cependant c'est aussi accepté d'avoir plus de travail et d'enfiler la double casquette de producteur / vendeur.

Et le gouvernement dans tout ça?

Si l’on sait que, bien souvent, une agriculture développée, raisonnable et maitrisée est une verticale plus value pour un pays, les hommes politiques malgaches n’en font pas une priorité.

Au grand dam des acteurs de la filiale, qui par faute de moyen, sont parfois obligés de sacrifier des cultures. Comme par exemple les arbres fruitiers, où la plupart des vergers manquent de soins, malgré une production fruitière qui pourrait être très rentable.

Connectez-vous pour pouvoir commenter cette news.

Connectez-vous !