Les Filles de la Charité de Pologne au secours des Ukrainiens

« Courons vers les nécessiteux comme on court au feu »
5 avril 2022
Province de Varsovie - Pologne
Actualité

En tant que Filles de la Charité, dès le premier jour du déclenchement de la guerre, nous « courons vers les nécessiteux comme on court au feu ». Nous prions pour la fin de la guerre, nous accueillons les familles, nous prenons soin des mères avec enfants, des personnes âgées et des personnes handicapées dans nos maisons ; nous servons de traductrices. En collaboration avec diverses organisations, nous pourvoyons à leur besoins et achetons des vêtements, des chaussures, des produits d’entretien, voire des jouets pour les enfants. Nous recherchons des emplois pour eux et des écoles pour leurs enfants. En cas de maladie, nous organisons des rendez-vous médicaux et des soins…

Qui sont ces personnes qui ont bénéficié de notre aide jusqu’à présent ? Voici quelques-unes de leurs histoires courtes mais tragiques :

• Une mère paralysée accompagnée de sa fille de 12 ans et de sa maman ont beneficié de l'aide d'amis qui ont tout fait pour les éloigner de Kharkov bombardé. Le long voyage de ces 3 générations vers la Pologne a commencé en train puis en bus. Maintenant arrivées, elles s'inquiètent pour les hommes de la familles restés pour se battre.

• Un couple avec quatre enfants, fuyant la guerre, est arrivé dans les environs de Varsovie dans une voiture de tourisme où un gros camion les a percutés. Leur voiture a été complètement détruite mais miraculeusement, la famille n’a subi aucune blessure. Lorsqu’une sœur leur a demandé ce dont elles avaient le plus besoin en ce moment, le père a répondu : « se joindre à nous pour remercier Dieu d’avoir sauvé notre famille ».

• Nous avons accueilli une famille avec deux enfants arrivée en train pendant la nuit. Après un repos de deux jours, ils décidèrent de partir dans un autre pays. Ils ont reçu des billets gratuits à la gare et sont partis. Au bout de deux jours, ils ont appelées pour nous dire que personne ne voulait les accepter et qu’ils rentraient en Pologne ; ils ont de nouveau demandé l’hospitalité chez nous. L’enregistrement électronique des réfugiés a commencé aujourd’hui ; leur inscription est déjà faite.

• Dans une de nos maisons, nous accueillons des mères avec de jeunes enfants. Nous suivons attentivement les dernières réglementations concernant la légalisation de leur séjour dans le pays et les rencontrons pour leur donner les mises à jour et d’autres informations. À la fin d’une de ces réunions, une sœur a demandé quels étaient leurs besoins les plus urgents. Une jeune femme berçant son enfant dans ses bras a répondu les larmes aux yeux : « Nous n’avons besoin que d’une chose : retourner dans nos maisons, retrouver nos maris et nos pères.