En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies vous proposant des contenus adaptés et améliorant votre navigation. En savoir plus

Situation des jeunes filles en RDC

Fille congo
22 novembre 2016 Congo éducation filles violence décisions

Au Congo, la situation des jeunes filles tend à s’améliorer

Dans beaucoup de pays, les filles et les femmes ont souvent moins accès à l’éducation et à l’autonomie que les hommes. Cependant, en Répubique Démocratique du Congo, la situation tend à s’améliorer. Les données (base de l’Enquête Démographique et de Santé (EDS) 2013/2014) sur l’éducation, la reproduction, la participation aux décisions au sein des ménages et le point de vue des jeunes filles sur les violences physiques et sexuelles montrent une autonomisation perceptible des filles.

 

A l’école, elles sont motivées !

Les filles réussissent mieux que les garçons ! Certes, elles sont moins nombreuses à recevoir une éducation mais elles sont relativement plus nombreuses à achever les cycles d’études. 60% des filles de 15 à 19 ans sont inscrites au cycle secondaire.

 

21% des filles de 15 à 19 ans ont déjà donné la vie.

Il y a beaucoup de grossesses précoces (27% des jeunes filles congolaises entre leurs 15 et 19 ans sont ou ont déjà été enceintes – 42% pour le quintile ayant les revenus les plus bas et 15% pour le quintile aux revenus les plus élevés). Bien qu’il doive encore s’améliorer, l’accès aux soins liés à la maternité est plutôt bon. 9 filles sur 10 ont bénéficié des soins prénatals via un prestataire formé. La plupart des filles accouchent dans des hôpitaux ou dans des centres de formations sanitaires assistées par un personnel de santé qualifié. Cependant, peu bénéficient des soins post-natals.

 

Elles subissent des violences...

La violence envers les filles (physique ou psychologique) est un véritable frein au développement de ces dernières mais aussi du pays. Une fille sur deux a déjà été victime de violence sexuelle ou émotionnelle. 13% des violences physiques ont eu lieu pendant la grossesse. Environ une fille de 15 à 19 ans sur cinq a été violée (4% avant leur 15 ans). La tendance est à la baisse car aujourd’hui les jeunes filles recherchent de l’aide pour stopper ces violences et briser le cycle.

 

Elles participent aux décisions

23% des filles de 15 à 19 ans sont en union. 55% de ces jeunes filles subissent une domination de leur mari. Face à cette violence conjugale, 75% des jeunes filles justifient qu’un mari batte sa femme quand elle brûle la nourriture ou argumente avec lui. En revanche, plus d’une fille sur quatre participe à la prise de décision dans le couple (surtout lorsqu’il s’agit de la santé, d’achats importants) et décide elle-même de l’utilisation de son revenu.

 

Donnons toutes leurs chances aux jeunes filles

Il reste encore beaucoup à faire pour parvenir à l’autonomisation complète des jeunes filles qui mettra fin au cycle de violence.

Permettre à tous les adolescents, filles comme garçons d’achever avec succès le cycle scolaire est important pour leur donner les moyens de contribuer à l’évolution positive de leur société. Chacun de nous doit encourager les jeunes filles à s’instruire, à participer aux prises de décision. Nous devons les responsabiliser, les encourager à prendre part au monde dans lequel elles vivent. L'éducation est leur avenir.

 

Sophie Mille

Equipe des Projets Rosalie

fille école

Connectez-vous pour pouvoir commenter cette news.

Connectez-vous !