La ferme des plaines
Agriculture et aide alimentaire
La ferme des plaines : Formation à l'élevage pour jeunes malgaches
Réduction fiscale
Les étapes
585 € / 585 €
Matériaux de construction
970 € / 1140 €
Transports (gravier, sable etc)
0 € / 600 €
Mains d'oeuvre
0 € / 1150 €
Plaques de tôle
0 € / 1200 €
Ciment

Les Filles de la Charité auprès des habitants de Madagascar, victimes de la pauvreté et des sécheresses 

Tsihombe est un district de la région d’Androy au sud du pays, c’est une région sèche et désertique. Il n’y a aucune rivière ni source d’eau, seulement des eaux souterraines qui sont généralement salées à cause de la proximité avec l’océan.

Les Filles de la Charité sont arrivées à Tsihombe en 1965. Elles sont à l’origine d’un dispensaire, de l’école primaire et d’un centre social. Elles accueillent les plus démunis et visitent les villageois qui ne peuvent pas se déplacer.

« La situation économique de la région est désastreuse, le taux d’analphabétisation est alarmant et la majorité de la population parvient à subsister grâce à un peu d’élevage et de quelques plantations qui arrivent tant bien que mal à supporter la sécheresse. » Sr Josiane

Or, dans cette région où la pluie est vitale pour l’agriculture de subsistance et l’élevage, la sécheresse frappe tous les 3 ans et précipite de nombreuses personnes déjà très pauvres dans une malnutrition aiguë.

« Actuellement le centre social s’occupe du développement rural, et plus particulièrement du reboisement en brousse. Ceci afin d’éviter les famines qui frappent tous les 3 ans en raison de la succession de violentes vagues de pluies et de sécheresse. » Sr Josiane

« Nous profitons des années pluvieuses pour préparer des projets qui permettront à la population de subvenir à leurs besoins alimentaires malgré les aléas climatiques, notamment des projets de formation agricole et d’élevage » Sr Josiane

Construire une ferme pour assurer l’avenir des jeunes générations

Ce projet vient compléter « L’eau des plaines » financé en 2021 qui avait permis la création d’un grand bassin-réservoir d’eau potable pour la consommation de la population et le développement des activités d’élevage.

L’explosion des coûts des matières premières et l’évolution d’un taux de change défavorable avaient obligé les sœurs à scinder leur projet en deux et à commencer par la construction du bassin avant de penser à la ferme.

Aujourd’hui, Sœur Josiane a besoin de votre aide pour construire enfin cette ferme qui permettra aux jeunes de se lancer dans l’élevage et d'améliorer leurs pratiques agricoles transmises de génération en génération.

Elle servira à protéger les animaux des chaleurs extrêmes pouvant atteindre 60°C et à former les élèves à de nouvelles techniques agricoles dans de bonnes conditions.

« Grâce au bassin que vous avez financé, les habitants viennent chaque jour pour avoir de l’eau potable et voient ainsi les résultats des techniques d’élevage que nous avons commencé à leu enseigner. Ils comparent facilement le résultat avec leurs méthodes traditionnelles trop peu efficaces. »

Des journées de démonstration sont également organisées 2 fois par an afin de motiver la population à venir se former aux côtés des sœurs et professionnels.

365 jeunes en quête d’une formation agricole

365 jeunes vivant dans la région ont déjà montré leur motivation à vouloir bénéficier rapidement de ce projet. 

« Nous avons pu observer que les jeunes une fois formés témoignent volontiers de ces nouvelles pratiques agricoles avec les autres. Nous comptons sur leur retour d’expérience pour que d’autres soient attirés par cette proposition de formation et se lancent dans une activité d’élevage. » 

6 personnes sont investies dans sa réalisation :

Sœur Josiane Marie Louisette, sœur servante de la maison et responsable du développement rural dans le district de Tsihombe

Sœur Volasoa Emma responsable de l’école d’alphabétisation et des enfants pauvres 

Monsieur VONDRAY Christophe chauffeur de l’Ambulance et magasinier. Il conseille et soutient les jeunes bénévolement.

Ce projet complémentaire permettra aussi aux sœurs de financer 3 emplois.

Monsieur Benala, ingénieur responsable de construction 

Monsieur Randriamalala chauffeur du camion-citerne et gestionnaire d’approvisionnement

Monsieur Roger jardinier et responsable direct de l’élevage

 

Un grand merci pour votre soutien, dans ce projet agricole 

L’avenir de ces jeunes en dépend !

Avec eux, grâce à vous

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Se connecter ou s'inscrire

Les 20 derniers soutiens

anonymous
Anonyme

Marie
Marie

100 €

Anna
Anna

100 €

anonymous
Anonyme

anonymous
Anonyme

5 soutiens
830 €
Autres mécènes
Soutenu par
+ 245 €
Fonds de dotation Rosalie Rendu
Soutenu par
+ 480 €
1 555 €
sur un objectif de
4 675 €
5 soutiens
J - 28 temps restant
L'équipe des Projets Rosalie
Sœur Josiane Marie Louisette MANJAKARAY

Je m’appelle Sœur MANJAKARAY Josiane Marie Louisette, Fille de la Charité, et je suis responsable du centre social, de la maison NOTRE DAME DU ROSAIRE et du développement rural dans le district de TSIHOMBE. La communauté et moi (actuellement 7 sœurs ) nous occupons directement des pauvres et des jeunes Catholiques grâce aux mouvements dans l’Église comme le FTMTK, Mouvement des Jeunes Ruraux Catholique Malagasy.

Tsihombe
Madagascar