Les parents du marais
Les parents  du  marais : Des pygmées chassés de leur territoire
Réduction fiscale
657 € / 657 €
Matériel agricole
1934 € / 1934 €
Coûts de formation
807 € / 807 €
Brouettes et charrettes
1215 € / 1215 €
Fût de mazout
337 € / 331 €
Petit équipement

 Les pygmées, une culture menacée 

La convoitise des terres étant un problème très répandu en Afrique où 20 000 ha de forêts sont rasés chaque année et où les politiques de protection de la nature poussent les états à créer des réserves protégées ; les Pygmées sont les principales victimes des ravages de la déforestation. Chassés de leurs propres terres et privés de ressources, ils sont obligés de se sédentariser, interdits d’exercer leur droit d’usage des forêts et terminant parfois le long des routes.

Les pygmées sont traditionnellement un peuple nomade de chasseurs-cueilleurs-pêcheurs, et sont unanimement reconnus comme grands connaisseurs de la forêt

Peu formés et qualifiés et condamnés aux travaux manuels, ils cumulent précarité économique et problèmes sociaux du fait de leur  sédentarité.

Un ouvrier est rémunéré 500 francs congolais (0,46 euro) contre un salaire moyen de 1 500 (1,38 euro) dans les autres communautés. Très souvent exploités, ils sont également victimes d'abus et subissent de fortes discriminations et un racisme de la part des autres ethnies qui n’hésitent pas à les accuser de braconnage quand ils chassent pour nourrir leur famille.

« On peut se coucher sans ne rien avoir mangé », raconte un jeune pygmée

Alors que depuis des générations, les Pygmées étaient marginalisés par des Bantous, les 2 ethnies semblent maintenant cohabiter à Bikoro (Congo) à l’abri du sanglant conflit qui déchirait leurs communautés.

Implantées depuis 1926 sur le territoire congolais, les Filles de la Charité oeuvrent pour le développement de la région et le bien-être des populations, là où la mauvaise gestion des ressources du pays par les politiques et les sociétés d’exploitation ont plongé une grande partie des habitants dans une grande pauvreté.

Le projet : initier la culture du riz de marais aux Pygmées

Avec le changement climatique dans la région, il devient difficile de programmer les activités agricoles.

La communauté des Filles de la Charité veut utiliser un terrain de 3ha½ pour initier un programme de culture de riz de marais et donner la possibilité à 10 familles pygmées de l’exploiter pour en vivre.

Efelo; Ikoloto, Boika, Makolo, Boyeli; Bongongo; Baleke; Mopao; Nzee et Maulu, tous sont des riziculteurs et des pères de familles qui doivent subvenir aux besoin de leur épouse, enfants et parents.

Après avoir labouré et préparé le terrain, des plantules de riz seront repiquées afin d’obtenir une récolte suffisante pour être ensuite battue et séchée et vannée dans des futs métalliques. Un local a été construit à cet effet pour le stockage du riz.

6 mois seront nécessaires pour avoir les premiers résultats.

La récolte sera vendue en partie sur les marchés, et sera utilisée pour répondre aux besoins alimentaires des familles. La communauté pense également créer d’autres unités de production que le riz pour diversifier les ressources.

Une partie des recettes sera également épargnée pour que la communauté des Filles de la Charité puisse continuer à faire developper le projet à plus de bénéficiaires .

Les bénéficiaires:

Les personnes qui travailleront dans les rizières sont des pères de familles nombreuses (ayant 5 ou 6 enfants chacun) et qui sont aujourd'hui dépourvus de moyens de subvenir à leurs besoins (62 personnes au total).

Ces 10 pères deviendront riziculteurs à plein temps, après avoir été formés par des experts afin qu’ils puissent exploiter seuls par la suite et qu'il soient acteurs de leur propre développement.

Ce projet d’agriculture pérenne vise à  les rendre indépendants et autonomes financièrement et qu'ils puissent enfin prendre en charge soins médicaux et frais de scolarité de leurs enfants en plus de pouvoir manger. Ce projet offrira également à la population de Bikoro et ses environs un riz bio de qualité pour la consommation de tous. 

Un très grand MERCI pour votre aide !!

En pleine discussion !

L' Equipe Projets Rosalie
L' Equipe Projets Rosalie

Message de Sr Suzanne aux donateurs du projet "Les parents du marais" Bien chers donateurs Je viens seulement d'accéder à l'internet et prends connaissance des Fonds qui viennent de nous parvenir pour mettre en œuvre le projet « les Parents du marais » à Bikoro. Je vous suis tellement reconnaissante pour votre grand engagement spécialement, en ce temps de grande crise mondiale. Malgré toutes les contraintes liées à cette période, vous avez travaillé à nos côtés pour le bénéfice de nos frères et sœurs les pauvres! Que le Seigneur vous bénisse vous-même ainsi que l’équipe de Projets Rosalie. Nous continuons à implorer Dieu qu'Il veuille bien guérir le monde de cette méchante pandémie. Encore une fois, sincères remerciements.

Envoyé il y a 4 jours

Sr suzanne Iloko.
Sr suzanne Iloko.

A nos bienfaiteurs ! au nom de toute la communauté et des familles paysannes que nous encadrons ; nous vous remercions pour cette action salvatrice et l’amour que vous avez toujours témoigné pour nous. A travers le projet Rosalie, nous avons vu la hauteur de vos contributions pour ce projet mais nous vous demandons de ne pas nous laisser. Seul le tout puissant vous remboursera au quintuple. Et, nous sommes de Cœur Avec vous en ce moment difficile que le monde entier traverse. Sr. Suzanne Iloko.

Envoyé il y a environ 2 mois

Les 20 derniers soutiens

anonymous
Anonyme

Christiane
Christiane

50 €

Amis FC.
Amis FC.

50 €

anonymous
Anonyme

Beatrice  Lurton vettori.
Beatrice Lurton vettori.

225 €

anonymous
Anonyme

FC Frg
FC Frg

100 €

anonymous
Anonyme

anonymous
Anonyme

anonymous
Anonyme

anonymous
Anonyme

anonymous
Anonyme

Antoine A.
Antoine A.

15 €

anonymous
Anonyme

anonymous
Anonyme

anonymous
Anonyme

EUROGERM
EUROGERM

100 €

anonymous
Anonyme

Maicol Olivieri.
Maicol Olivieri.

75 €

anonymous
Anonyme

29 soutiens
4 735 €
Fonds de dotation Rosalie Rendu
Abondé par
+ 215 €
4 950 €
sur un objectif de
4 944 €
29 soutiens
Terminé temps restant
L' Equipe Projets Rosalie
Soeur Suzanne Iloko Loali
Fille de la Charité dans la Province du Congo

Enseignante de formation pour le niveau secondaire, j’ai aussi assumé la direction d’une de nos écoles secondaires. Dans la communauté, j’ai été Sœur Servante à deux reprises, puis visitatrice de la Province du Congo de 1999 à 2008 et aussi directrice du Séminaire de 2012 à 2018. Actuellement, je suis Sœur Servante de la communauté Sainte Louise à Bikoro et en même temps j’assure le suivi de la rizière au bénéfice duquel, je présente ce projet.
Les Filles de la Charité rendent des multiples services dans la cité de Bikoro
1) Le service des soins à l’Hôpital Général de Référence et dans plusieurs Centres de Santé crées depuis 1949.
2) Dans l’éducation des jeunes (près de 850 jeunes dans l’ école primaire, le lycée et l’ internat pour filles).
3) Dans le service social auprès des vieillards, des indigents hospitalisés et des familles vulnérables de la cité.
4) Dans la pastorale des jeunes : mouvements chrétiens pour enfants (KA), et les grands jeunes (JMV)
5) Dans le développement des peuples autochtones dans lequel les riziculteurs de riz des marais font
partie.

Bikoro
Congo-Kinshasa

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies vous proposant des contenus adaptés et améliorant votre navigation. En savoir plus / paramétrer les cookies